Zoom sur la pédagogie Pikler et sur la méthode Montessori en crèche

 

Développées sur la première moitié du 20e siècle, les travaux de Maria Montessori et Emmi Pikler étaient particulièrement novateurs pour l’époque. Pour rappel, ces méthodes ont été développées à une époque où on opérait les nourrissons sans anesthésie ! Aujourd’hui, ces deux approches sont pourtant à la base de beaucoup de projets éducatifs et pédagogiques en crèches, en micro-crèches et au cours de la scolarité. Zoom sur l’application de la pédagogie Pikler et de la méthode Montessori en crèche.

La pédagogie Montessori

La pédagogie Montessori est une méthode d’éducation créée en 1907 par Maria Montessori.
Son approche repose sur l’éducation sensorielle et kinesthésique de l’enfant. Elle prône une approche éducative basée sur le laisser-faire, la confiance en soi, l’autonomie et l’apprentissage en douceur.
Elle a constaté que les enfants étaient plus investis et plus disciplinés quand ils choisissaient leurs activités.

Pour résumer, la pédagogie Montessori est basée sur la liberté de l’enfant dans le choix de ses activités, l’apprentissage par l’expérimentation et l’autonomie. En appliquant cette méthode pédagogique bienveillante, les structures d’accueil Montessori développent le plaisir d’apprendre et amènent l’enfant à devenir un adulte autonome et responsable, capable de s’adapter au monde qui l’entoure.

Longtemps proposée à partie de l’âge de 3 ans, beaucoup d’acteurs développent aujourd’hui la méthode Montessori en crèche.

La pédagogie Pikler

40 ans plus tard est née la pédagogie Pikler (ou Pikler-Loczy). Avec la méthode Pikler, l’enfant peut parfaitement explorer, expérimenter, apprendre et se développer sans l’intervention directe de ses parents. Le rôle des parents est avant tout de garantir un environnement adéquat avec des conditions sociales et émotionnelles stables et saines.

Pour résumer, Emmi Pikler préconise donc l’observation et l’accompagnement des jeunes enfants par la création d’un cadre de vie stimulant et sécurisant, sans que l’adulte interfère dans leurs apprentissages.

Il arrive fréquemment que les crèches Pikler utilisent du matériel Montessori afin de favoriser l’apprentissage autonome.

Point commun entre Pikler et la méthode Montessori en crèche 

 La pédagogie Pikler comme la pédagogie Montessori ont la même philosophie :
donner aux enfants les clés de l’autonomie et de la confiance en soi, dès leurs plus jeunes âges. 

Basées sur un socle commun, ces deux méthodes ne sont guère différentes, mais plutôt complémentaires.
La pédagogie Pikler dont l’axe central est l’activité autonome est la première à s’être intéressée aux tout-petits de la naissance à trois ans. Quant à la méthode Montessori en crèche, elle concerne l’éducation bienveillante de l’enfant de plus de 3 ans mais peu bien entendu être mise en place pour les plus petits.

Zoom sur la motricité libre

La motricité libre consiste à laisser libre cours à tous les mouvements spontanés de l’enfant sans lui enseigner quel que mouvement que ce soit. Elle se base sur l’idée que, aussi bien les contraintes empêchant l’enfant de bouger, que les incitations trop précoces à accomplir des gestes non maîtrisés, retardent son développement ou son autonomie.

La meilleure stimulation, c’est son environnement humain et matériel.
Aucun enfant n’a besoin d’une stimulation autre que celle de la confiance de l’adulte.

À titre d’exemple, le triangle Pickler permet le développement moteur de l’enfant dès 4 mois. La conception de celui-ci permet à l’enfant de suivre son rythme de progression et ses capacités jusqu’à grimper en haut du triangle, puis plus tard de franchir le sommet du triangle et de redescendre de l’autre côté. Il découvre ainsi l’équilibre dynamique à l’opposé de l’équilibre statique qui n’implique pas de déplacements.

Plusieurs recherches en motricité libre ont démontré que l’ordre d’acquisition pour marcher est immuable. En effet, tous les bébés passent par les mêmes étapes dans leur développement et ont les mêmes stratégies pour atteindre la verticalité. Avec une observation fine on peut donc évaluer ou en est l’enfant dans son développement.

Un adulte référent

Aujourd’hui, les neurosciences confirment que l’empathie est fondamentale. Un tout petit, pour se construire, a besoin d’un adulte attentionné, fiable, prévisible et intéressé par l’éveil et l’activité autonome de l’enfant.

L’enfant doit néanmoins savoir sur qui il peut en compter en l’absence de ses parents.

Le plus important, quelque que soit l’organisation des crèches, étant de lui donner un sentiment de continuité.
Pour lui, plus les choses sont prévisibles, plus il pourra être acteur. À titre d’exemple, les spécialistes de la petite enfance pourront mettre en place des « routines » avec un ordre de passage d’enfant pour les repas ou du personnel référent pour chaque enfant. 

 

Finalement, ces deux pédagogies sont très proches. L’application de pédagogie Pikler ou de la méthode Montessori en crèche permet l’épanouissement et de développement de l’enfant à différents stades.

Pin It on Pinterest

Share This