Qu’est-ce qu’une crèche collective ?

Une crèche collective est une structure destinée à des enfants âgés de deux mois et demi à 3 ans et qui propose aux parents un mode de garde quotidien tout au long de la journée.
Elles accueillent généralement entre 18 et 60 enfants, sur des amplitudes horaires assez larges et adaptées aux parents de 7h30 à 19h00.
Les crèches collectives sont ouvertes tout au long de l’année hormis pendant quelques semaines en août ainsi qu’aux vacances de Noël. Elles favorisent l’éveil des enfants car elles leurs permettent d’évoluer dans un milieu favorable à la socialisation, en leur permettant de jouer et de s’éveiller ensemble. De plus, les activités sont nombreuses et adaptées, ce qui permet de faciliter la prise de confiance et l’attachement entre les enfants.

La crèche collective est le mode de garde le plus répandu ainsi que celui préféré des Français.

Comment fonctionne une crèche ?

Les enfants sont répartis par tranche d’âge au sein des crèches collectives. Cette répartition permet aux professionnels de respecter le rythme de développement des enfants et de leur proposer des activités adaptées.
La crèche est donc gérée par une équipe de professionnels qualifiés dans le secteur de la petite enfance :
– Un directeur (puéricultrice, médecin/infirmier, ou éducateur de jeunes enfants)
– Des professionnels de la petite enfance (auxiliaire de puériculture, infirmiers, psychométriciens ou titulaire d’un CAP petite enfance)
– Un pédiatre et un psychologue sont également rattaché au fonctionnement de la crèche collective et sont amenés à y intervenir.
Il figure au moins un professionnel de la petite enfance pour 5 enfants qui ne marchent pas et un professionnel pour 8 enfants qui marchent. Ces professionnels de la petite enfance veillent à la santé, la sécurité, le confort et le bon développement des enfants.
Les structures doivent respecter des normes de sécurité et d’hygiène spécifiques à l’accueil des jeunes enfants.

Quelles sont les conditions d’inscriptions en crèche ?

Tout d’abord, pour inscrire son enfant en crèche collective, tous ses vaccins doivent être à jour. Ensuite, le dossier d’inscription peut varier d’une structure à l’autre, mais les pièces justificatives généralement demandées sont :
– L’acte de naissance ou le livret de famille
– Un justificatif de domicile
– Une fiche de paie ou une attestation Pôle Emploi
– Un avis d’imposition
Pour demander une place en crèche, il est recommandé de de s’y prendre avant la naissance de l’enfant (à partir de 3 mois de grossesse pour les crèches privées et à partir de 6 mois de grossesse pour les crèches publiques et municipales).

Crèche Adorée accompagne les parents dans leurs démarches. Nous travaillons avec la grande majorité des crèches et micro-crèches privées et associatives en France. Faite une inscription et laissez vous guider par nos experts. En plus, ce service est complètement gratuit pour les familles !

Quel est le prix d’une crèche ?

Le coût d’une place en crèche peut varier entre 0,15€/h et 3,57€/h (hors Paris).
Les tarifs des crèches collectives sont encadrés par la CAF selon un barème national. Le prix varie en fonction des revenus ainsi que du la situation familiale. À savoir, qu’en crèche, les repas, le lait et les couches sont généralement compris dans le prix.

Les différents types de crèches collectives

La crèche publique (Délégation de service publique), la crèche municipale :
Elle est gérée par la ville où elle est implantée. Les locaux appartiennent à la mairie de la ville et le personnel est salarié de la ville.

La crèche privée (généralement crèche d’entreprise) :
Elle est gérée par une organisation privée mais les prix sont les mêmes que dans une crèche publique. Les projets pédagogiques varient d’une crèche privée à l’autre. Les délais sont généralement moins longs pour obtenir une place.
Les places sont réservées par l’employeur (qui a préalablement mis en place un partenariat avec la crèche ou le réseau de crèches) du parent y faisant garder son enfant. L’entreprise organise donc une commission d’attribution pour l’attribution des places.

La crèche associative (généralement crèche parentale) :
Elle est gérée par une association (généralement de parents d’enfants présents dans la crèche). L’inscription se fait auprès du directeur et le personnel de la petite enfance y travaillant est aussi qualifié que dans une crèche collective.

La crèche familiale :
Elle est également gérée par la ville mais fonctionne différemment des crèches municipales. Il s’agit d’un regroupement d’assistantes maternelles qui forme ainsi une sorte de « petite crèche ». Les enfants se retrouvent pour des temps de jeux et de partage collectifs.

La crèche multi-accueil :
Elle propose d’autres modes de garde comme la halte-garderie ou le jardin d’enfant. Elle s’adapte aux besoins des familles en fonction de leur organisation et leur propose différents moyens d’accueil (régulier, ponctuel, d’urgence…)

La halte-garderie :
Elle accueille les enfants plusieurs jours par semaine mais pas tous les jours. Les jours sont définis par les parents lors de l’inscription.

Quels sont les avantages et les inconvénients d’une crèche ?

Avantages :
La vie en collectivité favorise la socialisation de l’enfant et le prépare à son entrée à l’école.
Le personnel est qualifié et constitué de professionnels de la petite enfance. Ils veillent au développement des compétences et de la confiance en soi des enfants, ainsi qu’à la mise en place d’activités veillant à l’évolution quotidienne des enfants.
L’hygiène y est irréprochable.
Le coût est souvent bien inférieur au prix d’une assistante maternelle et tout y est compris : repas, lait, couches…
Les activités sont ludiques, pédagogique et adaptées aux besoins et à l’âge des enfants. Des jeux d’éveil, des chansons ou du coloriage peuvent être proposé…

Les repas sont confectionnés selon les recommandations ministérielles et adaptés en fonction des besoins nutritifs et physique des enfants.

Inconvénients :
L’enfant est plus exposé aux microbes et maladies au contact des autres.
L’accueil est moins personnalisé qu’avec une assistante maternelle ou une employée à domicile car il doit s’adapter au rythme collectif.
La crèche est souvent un endroit assez bruyant Cela peut notamment être dérangeant pour les tout petits de moins d’1 an. Les horaires des crèches collectives sont fixes.

Crèche ou micro-crèche ?

La crèche collective permet de favoriser la socialisation des enfants et de leur proposer des activités très variées. De plus les lieux sont sécurisés et les normes d’hygiène sont contrôlées régulièrement par la PMI. D’autre part, les tarifs sont plutôt avantageux, il n’y a pas de repas à préparer et l’équipe d’encadrement est très professionnelle. En effet les professionnels sont diplômés de la petite enfance, accompagnent les enfants avec bienveillance et ont des profils variés : infermière puéricultrice, auxiliaires de puériculture, éducateurs de jeunes enfants, psychométriciens…
Pour finir, il y a plusieurs types de crèches collectives qui peuvent répondre notamment plus aux différents besoins et désirs des parents (crèches municipales ou publiques, crèches d’entreprises). Les crèches d’entreprises sont généralement des crèches privées mais elles peuvent également être des crèches associatives.
La micro-crèche est un mode de garde plus cocooning, car elle peut accueillir au maximum 12 enfants. Les petits retrouvent un environnement plus serein qui se rapproche de celui de la maison.

Par ailleurs, les enfants sont tous ensemble tout au long de la journée, il n’y a pas de différence de traitement en fonction des âges. Le coût d’une place en micro-crèche est plus élevé qu’en crèche collective mais une aide de la CAF y est aussi possible (le CMG PAJE Micro-crèche). Cependant, trouver une place en micro- crèche est encore plus difficile, aux vues du nombre très restreint de places disponibles.

Les crèches : Quelques chiffres

Il y a environ 800 000 naissances par an. Il existe environ 16 500 crèches sur l’ensemble du territoire français. En effet, en 2021 on compte environ 4 000 crèches et micro-crèches privées et associatives pour 12 500 crèches et micro-crèches publiques ou municipales.
Et pour cause ! Les crèches privées et les crèches en DSP (délégation de service publique) ont fait leur entrée sur le marché en 2003, avant il n’existait que des crèches municipales.
Pour les contrats de 5 jours, on estime que seuls 16% des parents qui souhaitent placer leur enfant en crèche y parviennent. Beaucoup de parents ne sollicitent pas leurs employeurs dans le cadre de leur recherche de place en crèche et se focalisent uniquement sur les commissions publiques qui ont généralement entre 7 et 11% de taux de validation des dossiers.
En effet selon les données de la CAF (Caisse nationale des Allocations Familiales), environ 18% des enfants Français trouvent une place en crèche. Pour environ 2 400 000 enfants de moins de 3 ans, on estime qu’il y a en France 500 000 places en crèches et micro-crèches (publiques, municipales, associatives et privées).
Les régions comme la Bretagne, le Pays de la Loire, le Centre-Val de Loire, la Bourgogne-Franche-Comté et la Nouvelle-Aquitaine ont des taux d’accueil supérieurs à la moyenne. En revanche, les taux d’accueil sont plus réduits dans les « grandes villes » et les départements méditerranéens et d’Outre-mer. 

Pin It on Pinterest

Share This